Un plus grand quota de pêche pour la France

Les pêcheurs européens auront, cette année, le droit de pêcher plus de poissons que ne le recommandaient les défenseurs de l’environnement. Au risque de sacrifier une partie des ressources sous-marines.

Tous les ans, en décembre, les représentants de l’Union européenne se réunissent pour s’entendre sur les quotas de pêche de l’année à venir : il s’agit de décider des quantités de poissons que chaque pays aura le droit de pêcher. Cette année, des scientifiques recommandaient de limiter les quotas de 10 à 20% sur certaines espèces comme le cabillaud, la sardine, le merlan ou le sole. Selon eux, ces poissons sont de plus en plus petits et surtout de moins en moins nombreux. Il faudrait donc limiter le nombre des captures pour permettre aux espèces de se reproduire en quantité suffisante.

Or, l’accord trouvé est plus satisfaisant pour les pêcheurs que… pour les poissons. Les pêcheurs français, en particulier, sont satisfaits. Ils n’étaient plus autorisés à pêcher d’anchois depuis juillet dans le golfe de Gascogne. Cette année, ils auront droit à 500 tonnes. Par ailleurs, pour préserver les espèces vivants dans les grands fonds (grenadiers, empereurs…), les pêcheurs devront réduire le nombre de jours passés en mer. Mais pas autant que les scientifiques le recommandaient.

 

Copyright © 2000 Milan Presse – En savoir plus